Vous êtes ici : Accueil > Commerce & Économie
AFR Financement

AFR Financement

Il est difficile de ne pas voir à quel point les missions du courtier intéressent les différents médias. Internet, presse et télévision se font désormais l’écho de ce que ce professionnel peut apporter aux particuliers et aux entreprises.

Quel intérêt à passer par un courtier ?

Un courtier est un intermédiaire financier entre un client et un organisme. Celui-ci peut être une banque, un organisme de crédit ou encore un cabinet d’assurance.

Passer par un courtier est le gage d’avoir ses intérêts protégés ; car une des missions principales de ce professionnel est de toujours trouver la meilleure offre du marché, pour les personnes qui viennent le voir. Chaque cas étant différent, il propose un accompagnement personnalisé, en fonction de la situation personnelle et financière de ses clients, mais aussi de leurs attentes.

Il a suivi pour cela, une formation qui fait de lui un Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement et son travail est suivi par une entité de régulation.

Passer par un courtier, c’est faire un gain non négligeable de temps et d’argent. Il peut être très chronophage de faire tous les calculs, de réunir les documents et ensuite faire un comparatif entre les différentes offres. Surtout si l’on ne sait pas exactement ce qu’il faut considérer comme attractif.

On estime qu’il est possible, grâce à lui, de réaliser des économies (sur un crédit immobilier, par exemple), allant jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Courtier : quels sont les inconvénients ?

Le courtier est un professionnel de la finance. Son expertise passe par l’étude des données chiffrées de ses clients. Il faut donc être en mesure d’accepter, quand on passe par lui, que votre taux d’endettement actuel ne vous permette pas de prétendre à un crédit immobilier pour le moment.

Cet examen ne peut se faire qu’en lui confiant entièrement le montant de vos ressources mais aussi celui de vos charges. Certaines personnes peuvent considérer cela comme intrusif. C’est pourtant le seul moyen pour lui de savoir si un projet est réaliste ou non et s’il peut le défendre devant un banquier ou un assureur (pour une assurance emprunteur).

Le montant de sa rémunération varie, bien entendu, en fonction de la mission qui lui est confiée. Il peut demander des honoraires (qui sont fixés et contractualisés) ou peut recevoir une commission, versée par la banque, dans le cadre d’un prêt immobilier. Cette somme passe dans la somme globale à rembourser par l’acquéreur, ce qui peut faire croire que le courtier est « gratuit ».

Il est bon de prendre note que le courtier ; quelle que soit la mission pour laquelle il est mandaté ; ne peut pas percevoir de rémunération tant que les fonds ne sont pas débloqués. S’il le faisait, cela pourrait être considéré comme une faute professionnelle. L’ORIAS (organisme de contrôle de tous les intermédiaires) pourrait alors être saisi pour effectuer un audit auprès de ce professionnel.

Au regard de ce qu’il peut apporter à ses clients, les inconvénients sont mineurs si l’on veut trouver la meilleure offre du marché.

Visiter le site https://afrfinancement.fr/

Haut de page